Quelques conseils pour bien faire sa rentrée en CP

Nadine Moquet, directrice de l’école élémentaire Richomme (Paris 18), ancienne enseignante de CP (pendant 15 ans). Tutrice de deux élèves de Richomme (CE2 et CM2) non encore entrés dans la lecture.

 

 

  1. Pourquoi le CP est-il une classe charnière ?

 

Depuis les nouveaux programmes, le CP redevient la 1re année du cycle 2 qui s’étend jusqu’au CE2. Il incarne parfaitement son acronyme : cours préparatoire aux principaux apprentissages que sont la lecture, l’écriture et les mathématiques.

 

  1. Qu’est-ce qui change par rapport à la maternelle ?

 

Contrairement à la maternelle où les enseignants échangent avec les parents uniquement sur les apprentissages acquis, les livrets scolaires remis en CP pointent également les apprentissages qui ne sont pas encore validés par l’enfant. Mais le grand changement réside dans le cartable, autrement dit les devoirs à la maison. Le programme de CP est très lourd : il y a beaucoup de choses à apprendre en une petite année scolaire.

 

  1. Quels sont les enseignements qui doivent être acquis à la fin du mois de juin ?

Tout d’abord la lecture, même si l’année de CE1 permet de la consolider. L’élève doit en outre être en mesure d’écrire des petites phrases et connaître les premières règles d’orthographe comme le “s” pour le pluriel et le “e” pour le féminin. Côté mathématiques, l’élève doit savoir compter jusqu’à 100, comparer et ranger les nombres selon l’ordre demandé (croissant ou décroissant), réussir des additions et soustractions avec retenues, connaître les signes “+”, ”-”, “=”, “<”, “>” ainsi que les principales figures géométriques.

 

 

Quelques conseils aux parents :

 

  • Faites confiance à l’enseignant mais n’hésitez pas à lui demander un rendez-vous si vous avez des inquiétudes sur les progrès réalisés par votre enfant. Mieux vaut prendre un quart d’heure pour faire le point que se faire de mauvaises idées !
  • Ne mettez pas de pression à votre enfant ! Chaque élève avance à son rythme, certains sont matures plus rapidement que d’autres. N’oubliez pas que les petits nés en fin d’année ont presque un an de moins que ceux nés en janvier. A cet âge, c’est énorme.
  • Ne paniquez pas si votre enfant ne sait pas encore lire en décembre ! Certains élèves ont besoin d’un peu plus de temps. La lecture est un déclic qui peut survenir au mois de juin. Cependant, si votre enfant a toujours du mal à combiner (“B+A = BA”) à la fin du deuxième trimestre, demandez un bilan à la psychologue scolaire : les difficultés d’apprentissage de la lecture peuvent être liées à un déficit intellectuel ou des blocages (désordre psychologique, problème orthophonique,…). La psychologue scolaire vous orientera vers le spécialiste.
  • Evitez d’interférer avec les méthodes de l’enseignant. Si ce dernier opte par exemple pour la méthode semi-globale pour l’apprentissage de la lecture alors que vous êtes “pro” méthode syllabique, échangez d’abord avec lui.
  • Si vous sentez que votre enfant est trop fatigué le soir pour faire ses devoirs ou que la séance dure trop longtemps car il n’est plus concentré, laissez-le tranquille. Pensez cependant à informer l’enseignant des difficultés que vous rencontrez lors des devoirs.

–     La lecture doit être avant tout un plaisir ! Prenez le temps de lire des histoires à votre enfant et profitez de toutes les occasions qui vous sont offertes : les bibliothèques organisent régulièrement des rencontres avec des conteurs. Quel beau moment à partager avec son enfant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trouvez
le Cahier du jour / Cahier du soir
adapté à votre enfant
Trouvez
le Cahier du jour / Cahier du soir
adapté à votre enfant